TAC AU TAC 1969 – 1975

Tac au Tac était une émission de télévision française diffusée entre 1969 et 1975 sur les chaines de l’ORTF. Imaginée, réalisée et présentée par Jean Frapat, elle rassemblait quelques dessinateurs, généralement issus du monde de la bande dessinée ou de la caricature de presse. Coopérant ou s’affrontant, les invités se livraient à des dessins improvisés, souvent collectifs, encadrés par des contraintes inspirées des jeux surréalistes comme le cadavre exquis. Le principe de l’émission a été ensuite repris dans la plupart des festivals de bande dessinée.

4 octobre 1975
Dans un studio aux murs gris, meublé d’une grande table, de sièges et d’un chevalet portant des feuilles de papier blanc, des dessinateurs-humoristes s’affrontent par dessins interposés. Aujourd’hui, un dessinateur indonésien (TE TUONG KIM ?), Guido BUZZELLI et Peter FOLDES improvisent une bande dessinée qui a pour thème de départ la frayeur d’une femme.

20 septembre 1975
Deux équipes de dessinateurs s’opposent dans le cadre de cette émission. Sur le thème « trouble conjugal », Claire BRETECHER et GOTLIB se mesurent à Philippe DRUILLET et GIR. Chaque équipe réalise une fresque puis la révèle à ses opposants.

13 septembre 1975
Dans un studio aux murs gris, meublé d’une grande table, de sièges et d’un chevalet portant des feuilles de papier blanc, des dessinateurs-humoristes s’affrontent par dessins interposés. Aujourd’hui, Jean-Claude FOREST, Jean GOURMELIN et CARDON improvisent sur un thème qui s’impose peu à peu : la tempête.

16 août 1975
Jean GIRAUD dit GIR dessine une caisse portée par un noir. Claire BRETECHER, Jean GOTLIB et Philippe DRUILLET vont devoir chacun dessiner ce que contient cette caisse en 3 cases. Une petite histoire sur le colonialisme apparait.Dans un deuxième temps GOTLIB dessine Napoléon et s’interroge sur ce que sa main faisait sous son gilet. Claire BRETECHER, Philippe DRUILLET et GIR donnent chacun une réponse à leur façon.

2 août 1975
PIEM et SINE dessinent face à face. PIEM donne le premier une consigne, dessiner un buste de Marianne, puis c’est au tour de SINE d’imposer une nouvelle consigne, la toile d’araignée et ainsi de suite. Le dessin doit garder une certaine cohérence, chacun dessinant sans voir ce que l’autre fait et comment il interprète la consigne.

26 juillet 1975
ce jeu met en compétition amicale deux équipes de dessinateurs humoristes. René GOSCINNY et Albert UDERZO sont opposés à GREG et DANY et ils doivent improviser sur le thème du pâtissier. Chaque dessinateur est ainsi guidé par un scénariste. A partir d’un dessin improvisé par GREG et DANY, René GOSCINNY et Albert UDERZO doivent continuer le dessin sans en voir l’intégralité (comme une sorte de cadavre exquis). Ils se rendent ainsi coup pour coup et trait pour trait jusqu’à la fin de la feuille de papier.

30 décembre 1972
Numéro spécial de Tac au tac avec Salvador DALI dans un happening. Salvador DALI qui dort dans une baignoire de style Edouard VII, reçoit ce matin là de jeunes suédoises en costume traditionnel qui sont venues lui apporter son petit déjeuner. Ils signent ensuite quelques dessins. « Chaque fois qu’un objet sort du goudron, automatiquement, cet objet qui ne valait rien, il vaut minimum 5000 dollars ». C’est en partant de ce principe que Salvator DALI organise ensuite un happening au goudron en faisant descendre par un balcon, un service à café puis divers objets, qu’il plonge, à l’aide d’un fil, dans une marmite de goudron, placé sur le trottoir.

4 novembre 1972
Le périple de Tac au tac aux Etats Unis,à New York, s’achève aujourd’hui : Jim STERANKO, Robert GIGI et Jean-Claude FOREST, improvisent sur un bateau installé dans la baie d’Hudson. Chacun à leur tour, il réalisent une fresque sur le thème des personnages de science fiction, des super héros. On reconnait ainsi Barbarella, Les X-men et Superman entre autres.

28 octobre 1972
A New York, 2 dessinateurs français et 2 dessinateurs américains, Philippe DRUILLET, Jean Claude FOREST, Berni WRIGHTSON et Mike KALUTA.Ils improvisent en dessinant successivement sur le thème de la Tour de Babel. Chacun en donne une interprétation chargée de toute la force de son univers, fantastique, mystérieux et symbolique.

21 octobre 1972
Toujours à New York, Jean GIRAUD retrouve Joe KUBERT et Neal ADAMS pour une improvisation commune sur le thème de la boite de Pandore. Jean GIRAUD dessine la boite puis les 3 dessinateurs traitent ce sujet dans le temps, interprétant ce qui s’est échappé de la boite hier, ce qui s’en échappe aujourd’hui et ce qui s’en échappera dans l’avenir.

14 octobre 1972
Toujours aux Etats Unis, « Du tac au tac » nous présente Burne HOGARTH, le dessinateur de Tarzan, Philippe DRUILLET et John BUSCEMA dans un studio de Manhattan. Chacun en commençant par Philippe DRUILLET se présente aux deux autres en dessin. DRUILLET dessine quelques créatures fantastiques, HOGARTH fait un portrait de Tarzan aux pastels et BUSCEMA dessine le surfeur d’argent (Sylver surfer)

7 octobre 1972
Les Etats Unis sont toujours à l’honneur dans Tac au tac avec cette fois-çi Claire BRETECHER, Johnny HART et Parker BRANT qui improvisent selon la règle du cadavre exquis. Chacun dessine puis camoufle la plus grande partie de son dessin pour que le suivant improvise à partir de l’élément resté visible.Puis sur le thème « All you need is love » ils improvisent chacun un dessin.

30 septembre 1972
A New York, les dessinateurs Neal ADAMS, Joe KUBERT et Jean GIRAUD improvisent sur le thème de l’attaque de héros et de monstres.Puis chacun dessine son héros favori en situation : GIR dessine Blueberry, Neal ADAMS son héros Dead Man et Joe KUBERT Tarzan dont il a repris les aventures.

16 septembre 1972
Tac au Tac s’est déplacé à New York pour une série de rencontres entre dessinateurs français et américains à l’occasion du premier congrès américain de la bande dessinée. A bord d’un bateau-mouche naviguant autour de Manhattan, Robert GIGI, Jean Claude FOREST et James STERANKO, dessinateur de bande dessinée américain, improvisent une fresque futuriste sur le thème « New York en l’an 3000 ».

18 juin 1972
Claire BRETECHER, FRANQUIN, GOTLIB et Jean ROBA illustrent alternativement la phrase « Sois belle et tais toi ».Puis Jean ROBA et Claire BRETECHER s’affrontent amicalement dans un duel en dessin et en tricot…

11 mai 1972
Après avoir assisté à la performance de GIR et JIGE dans le numéro précédent, c’est au tour d’ Hugo PRATT et de Jean Claude FOREST de dessiner une histoire en 2 cases. C’est Hugo PRATT qui commence et qui décide de déborder sur la case voisine en dessinant Obéron, roi des Elfes. Jean Claude FOREST prend la suite et introduit dans le dessin une part fantastique et érotique.

29 avril 1972
Jean GIRAUD et JIJE dessinent une histoire de cow boy et d’indien en 4 cases et en alternance. Jean GIRAUD commence et JIJE conclura cette histoire de rendez vous pour une pause café totalement décalée avec l’univers du Far West.

1 avril 1972
PIEM, CARDON, SINE et Roland TOPOR illustrent le thème « une soirée bien parisienne » puis c’est au tour d’une nouvelle équipe composée de quatre caricaturistes, Jean MULATIER, Patrice RICORD, SOLO et GIBO d’illustrer le même thème à leur façon toute différente.

25 mars 1972
Jean Claude FOREST, Guido BUZZELLI, Philippe DRUILLET et Enrique SILO (?) dessinent sur le thème « quelqu’un derrière la porte » avec pour objectif de faire peur.

4 mars 1972
FRANQUIN et BRETECHER dans un match amical se renvoient la balle en dessin : Franquin exécute un premier dessin (une boule) que BRETECHER complète puis c’est au tour de BRETECHER de dessiner (un carré) et à FRANQUIN de compléter.Dans un deuxième jeu UDERZO dessine Obélix en 3 exemplaires. BRETECHER, Jean Claude FOURNIER et FRANQUIN vont lui tendre chacun un piège à leur façon. Puis UDERZO viendra sortir son personnage de l’embarras.Enfin dans un troisième jeu FOURNIER dessine un vase. Chacun complète ce dessin qui sera achevé par BRETECHER dans un ultime trait d’humour.

26 février 1972
Jean Claude FOREST, Enrique SILO (?), Guido BUZZELI et Philippe DRUILLET dessinent sur un grand panneau à tour de rôle ou ensemble sur le thème du village et constituent ainsi peu à peu une immense fresque.

22 janvier 1972
Sur le thème du retour de l’Invincible (les super héros) GIR improvise un dessin, puis c’est au tour de GOTLIB, MANDRYKA puis ALEXIS.

27 décembre 1971
Jeu réunissant des dessinateurs humoristiques français ou étrangers.Aujourd’hui GIR, GOTLIB, MANDRYKA et ALEXIS, tous du journal Pilote, dessinent sur un panneau un bestiaire imaginaire sur le thème de l’arche de Noé.

20 décembre 1971
Jean Claude FOREST, Philippe DRUILLET, Robert GIGI, André FRANQUIN improvisent chacun à leur tour sur le même dessin une poursuite de créatures fantastiques.

13 décembre 1971
A partir du dessin d’une souris éxecuté par FRANQUIN, 3 autres dessinateurs belges, Jean ROBA, PEYO et MORRIS imaginent une course poursuite, les personnages qu’ils dessinent successivement se courant les uns après les autres. Cet exercice est illustré par de nombreuses musiques dont celle de Shaft d’Isaac Hayes.

29 novembre 1971
Quatre dessinateurs aux univers fantastiques improvisent un dessin commun sur le thème de l’invasion. La feuille est divisée en 4 parties. Philippe DRUILLET démarre par le haut puis suivent Robert GIGI, Jean Claude FOREST et André FRANQUIN.

27 septembre 1971
Quatre dessinateurs, ALESSANDRINI, ALEXIS, FRED et GOTLIB du journal Pilote improvisent librement à partir d’une forme donnée par ALEXIS.Puis chacun improvise un dessin en y incluant un noeud coulant.

6 septembre 1971
Quatre dessinateurs belges, MORRIS, PEYO, Jean ROBA et FRANQUIN vont chacun dessiner à leur tour le personnage qu’ils ont créé en trois exemplaires. Puis chacun des trois autres dessinateurs va devoir compléter ce dessin en tendant un piège au personnage en question (Lucky Lucke, Bill de « Boule et Bill », Gaston Lagaffe puis un schtroumpf ). Enfin pour terminer le jeu le créateur vient au secours de son personnage en le sortant de ce mauvais pas.

5 juillet 1971
Quatre dessinateurs belges, MORRIS, Jean ROBA, André FRANQUIN et PEYO vont à partir du premier dessin de MORRIS (un fer à cheval) compléter ce dessin chacun à leur tour. Ils vont ainsi mettre le dessinateur qui suit en difficulté ou détourner le dessin qui les a précédé. Tout ceci en cherchant à raconter une histoire, aussi folle soit elle.

Laisser un commentaire


Translate »