Qui sommes nous ?

Le Tome 47 en 1 phrase un lieu des livres animer quartier Casanova fidélité commander comics Chris Ware 47 et la suite elle sort quand Vitry chef d’œuvre émotion intelligence des macarons Noël vitrine tac-au-tac c’était bien indépendant 9h-20h seulement l’été la télé est cassée des insectes ! Quelle horreur…  2013 et après septembre clafoutis à la crise :  cerise sur la BD exposition d’âmes et carte ouinouin car Moi Libraire ! Top 5  attention : il y en a un peu plus je vous le mets… mercccccciiii ! Naruto explose la 3G en dos crawlé les sondages le disent pour être heureux choisissez un caddie qui roule métal hurlant et huile méroll GR20 c’est beau mais un peu fatigant on capte plus attention gargamel en vue vite une pac gomme T47

En clair ?

La création d’un commerce de proximité ; c’est plutôt rare de nos jours !
La création d’un commerce de proximité qui tend à disparaitre ; une librairie.
La création d’un commerce de proximité qui tend à disparaitre et spécialisé ; la bande dessinée
La création d’un commerce de proximité qui tend à disparaitre, spécialisé et en adéquation avec la demande culturelle propre à la ville de Vitry-sur-Seine : les littératures graphiques (cf. Mac Val ; street Art ; galerie municipale ; Ecoles Municipales Artistiques…).

Mais pourquoi « Le Tome 47 » ?

Tome : vocabulaire usé fréquemment dans le milieu de la bande dessinée pour indiquer le nombre de volumes pour une série. Ce terme concerne plutôt les séries « classiques » franco-belge ou mangas. Si la librairie est tournée davantage vers les littératures graphiques contemporaines elle ne renie pas néanmoins ce passé.

47 : C’est d’abord le numéro de la rue et donc un lieu précis, unique et singulier. Bref, un lieu géographique, un espace fonctionnel et de toute beauté dédié à la culture graphique et aux échanges forcément non « duplicables » et encore moins « numérisables ». Comme pour le mot « Tome » c’est aussi un clin d’oeil aux séries BD, à un genre artistique. Le standard de pagination dans la BD a longtemps était le « 46 pages cartonnées, couleurs ». On assume cette histoire pour écrire la notre ; la 47ème page, celle dont nous sommes les héros.

Le : Cet article a l’air de rien et pourtant il révèle l’un des supers pouvoirs de la librairie. Ici on est capable de nuancer, de distinguer la valeur d’un livre d’un autre livre. On lit, on trie, on analyse, on discute, on conseille. Le Tome 46 peut être mauvais et le 47 très bon.

Laisser un commentaire


Translate »